La Liberté

Les perspectives se dégradent pour l'économie helvétique (UBS)

La Suisse demeure toutefois nettement moins dépendante de la Russie que ses voisins européens, avec quelque 5% de ses importations énergétiques directes en provenance du pays des tsars. (KEYSTONE/Gaetan Bally) © KEYSTONE/GAETAN BALLY
La Suisse demeure toutefois nettement moins dépendante de la Russie que ses voisins européens, avec quelque 5% de ses importations énergétiques directes en provenance du pays des tsars. (KEYSTONE/Gaetan Bally) © KEYSTONE/GAETAN BALLY


Publié le 06.07.2022
Partager cet article sur:


Les nuages s'amoncellent sur l'économie helvétique, avec des incertitudes quant à l'approvisionnement énergétique du pays. UBS rabote dans ce contexte ses projections de croissance, à 2,4% contre 2,5% en mai pour 2022 et à 0,9% contre 1,5% pour 2023.

Les experts de la banque aux trois clés ne privilégient ainsi pas le scénario d'une récession à brève échéance, sans toutefois l'exclure totalement en cas d'arrêt subit des livraisons russes en matière d'énergie notamment.

"La disponibilité ininterrompue de l'électricité est une condition fondamentale au fonctionnement sans heurts de l'économie numérique", a averti mercredi en conférence de presse Alessandro Bee, économiste auprès du numéro un bancaire helvétique.

La Suisse demeure toutefois nettement moins dépendante de la Russie que ses voisins européens, avec quelque 5% de ses importations énergétiques directes en provenance du pays des tsars. Les pays de l'Union européenne présentent pour leur part une exposition moyenne de plus de 20%. En termes de consommation, les ménages helvétiques consacrent en outre une part deux fois moindre de leur budget à l'énergie que les foyers européens.

Les auteurs du rapport soulignent l'importance d'établir des priorités parmi des objectifs parfois difficilement compatibles, comme la décarbonation et la sécurité de l'approvisionnement, l'abandon du nucléaire ou encore la promotion des énergies renouvelables.

Pour contrer les difficultés sur le plan de l'approvisionnement éenrgétique, l'économie peut compter sur un potentiel de rattrapage au sortir de la crise sanitaire, ainsi que sur la propension désormais avérée de la Banque nationale suisse (BNS) à adopter rapidement des mesures destinées à juguler l'inflation.

Daniel Kalt, économiste en chef de la banque en Suisse considère que l'inflation doit ainsi revenir dans le couloir de 0 à 2% visé dès l'an prochain, après avoir culminé à 2,7% en 2022.

ats, awp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11