La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Don Camillo garde tout son charme

Fernandel dans le rôle de sa vie, celui de l’exubérant curé de Brescello. © DR
Fernandel dans le rôle de sa vie, celui de l’exubérant curé de Brescello. © DR
Partager cet article sur:
Publié le 29.11.2021

Pascal Bertschy

Le mot de la fin

Quoi de neuf à la télévision? Tiens, sur une chaîne, c’est déjà Noël: C8 rediffuse en ce moment les cinq Don Camillo tournés entre 1952 et 1965 (place ce soir à La grande bagarre de Don Camillo, 21 h 15).

Ils tiennent du miracle. Leur humour, leurs gueules, leur extravagante sagesse et toute cette pâte humaine font encore merveille à la millième rediffusion. Un Don Camillo, c’est beau comme du patrimoine.

Avec Fernandel et Gino Cervi, duo le plus étincelant du cinéma d’après-guerre, la nostalgie reste ce qu’elle était. Elle permet d’entendre la voix caressante et ironique de Jésus grâce à Jean Debucourt, sociétaire de la Comédie-Française. Elle donne envie de prendre le premier train pour Brescello.

Ce village de la plaine du Pô, semblable à celui d’Astérix chez les Gaulois, constitue le tableau miniature d’un pays. L’Italie pauvre du début des années 1950, balançant entre l’ancienne religion et la nouvelle…

Le petit monde de Don Camillo, pre

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00