La Liberté

Daniel Hope, éternel retour

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
«Chacune de mes phrases musicales aspire à retrouver les sonorités de Yehudi Menuhin», assure Daniel Hope. © Nicolas Zonvi
«Chacune de mes phrases musicales aspire à retrouver les sonorités de Yehudi Menuhin», assure Daniel Hope. © Nicolas Zonvi
Partager cet article sur:
16.07.2021

Fils spirituel de Yehudi Menuhin, le violoniste anglais revient à Gstaad, où résonnent encore les échos légendaires de son enfance. Interview

Thierry Raboud

Musique » Il est de retour, ce vendredi soir, dans cet écrin de bois où tout a commencé. Il y sera encore lundi et mardi, accompagné d’amis, pour prolonger l’écho du légendaire Yehudi Menuhin dont il est un des fils spirituels. C’est sur ces bancs de l’église de Saanen que Daniel Hope, alors à peine plus haut qu’un archet, est devenu violoniste. Accueilli en résidence à Gstaad par le festival que fondait son mentor en 1957, l’Anglais continue de porter au plus haut cet art instrumental qu’il déploie en projets incessants.

Né en Afrique du Sud, le musicien a grandi à Londres avant de s’établir à Berlin, d’où il rayonne sur la planète classique, dirigeant orchestres et festivals, publiant disques, documentaires et livres à un rythme allegro sostenuto. L’an passé, plutô

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00