La Liberté

Johan Smith, double jeu

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Né en 1990 à Genève, ce virtuose aux deux visages est un bosseur qui ne s’en donne pas l’air, un interprète en quête de simplicité. © Tomas Vimercati
Né en 1990 à Genève, ce virtuose aux deux visages est un bosseur qui ne s’en donne pas l’air, un interprète en quête de simplicité. © Tomas Vimercati
Partager cet article sur:
21.05.2021

Invité des RencontresGuitares de Bulle, le Genevois est au sommet de son art, qu’il déploie avec évidence du raffinement classique au metal extrême

Thierry Raboud

Portrait » C’était sa première fois aux Etats-Unis. Les meilleurs guitaristes de la planète s’étaient donné rendez-vous là, sous le soleil floridien, pour se départager en ardentes joueries. «J’y suis allé sans trop prendre la chose au sérieux, totalement détendu. Je me suis dit que si je n’atteignais pas la finale, je pourrais au moins profiter de la plage!» Johan Smith n’aura pas vu la mer. C’est en lauréat 2019 de la Guitar Foundation of America qu’il est remonté dans l’avion au petit matin, après un récital risque-tout et une nuit de fête.

Aucun Suisse n’avait jamais remporté cette distinction, qui du royaume de la six cordes est le Graal absolu. Modeste bibelot, toutefois, cette plaque honorifique ornée du sigle GFA que l’on retrouve parmi d’autres ré

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00