La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Ma cité a craqué sur Netflix

Le film Athena de Romain Gavras, sur Netflix, remue le couteau dans les plaies béantes de la France des banlieues. Virtuose mais problématique.

Sami Slimane (au centre) est la révélation d'Athena, le nouveau film fiévreux de Romain Gavras. Netflix © Netflix
Sami Slimane (au centre) est la révélation d'Athena, le nouveau film fiévreux de Romain Gavras. Netflix © Netflix

Oliver Wyser

Publié le 30.09.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Ecrans» C’est l’événement cinématographique – et encore plus polémique – de la rentrée. Présenté à la Mostra de Venise et diffusé depuis quelques jours sur Netflix, Athena, le nouveau film de Romain Gavras embrase la France. Il faut dire que le long-métrage allume la mèche. Il met en scène une émeute dans une cité HLM fictive nommée Athena, sur fond de bavure policière. Le tout déclamé avec l’emphase opératique d’une tragédie antique et une esthétique clinquante et clippesque.

A droite, c’est le tollé. Rien que la bande-annonce ressemble au pire cauchemar des militants de base du Rassemblement National ou de Reconquête: Des racailles en Air Max et survêtement à capuche prenant d’assaut un commissariat au cocktail molotov et dérobant

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11