La Liberté

Les étudiants sur les ondes

Unimix est la radio des étudiants de l’Université de Fribourg. Une équipe de jeunes qui veulent se lancer sur les ondes.

Ryan Rätzer (à gauche), président, et Sylvain Cabrol, rédacteur en chef, aux micros d’Unimix. Héloïse Hess © Héloïse Hess
Ryan Rätzer (à gauche), président, et Sylvain Cabrol, rédacteur en chef, aux micros d’Unimix. Héloïse Hess © Héloïse Hess

Clem Chuat

Publié le 27.08.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Radio» Unimix, c’est la radio des étudiants de l’Université de Fribourg. Leur travail consiste à monter une heure d’émission, chaque semaine durant les cours universitaires. L’émission est ensuite diffusée sur les ondes de Radio Fribourg le dimanche de 20 h à 21 h. Tous les étudiants de l’Université de Fribourg peuvent rejoindre l’équipe d’animateurs. Cette radio est divisée en deux équipes: les germanophones et les francophones, qui partagent les mêmes locaux et le même studio d’enregistrement.

D’où viennent-ils?

«Unimix a été fondée le 8 mai 1995 par des étudiants de l’institut de journalisme de l’Université de Fribourg. La radio se nommait alors Acadis», explique Ryan Rätzer, 23 ans et président du groupe francophone de la radio. «Ça a commencé par des émissions tests que Radio Fribourg corrigeait. En 1997, l’émission a pu être diffusée sur les ondes, une heure toutes les deux semaines.» Ryan raconte aussi qu’à cette époque, les chroniqueurs avaient beaucoup plus de cours radio, de matériel et de conseil sur la pratique journalistique. Cela s’est perdu au fil du temps et du budget décroissant.

«Chaque chroniqueur est libre de faire ce qu’il désire»
Sylvain Cabrol

Et aujourd’hui?

«Nous passons tous les dimanches soirs durant les semestres universitaires sur Radio Fribourg. Toutes nos chroniques et émissions sont aussi disponibles sur SoundCloud», indique Sylvain Cabrol, 34 ans, rédacteur en chef d’Unimix Fr. Ryan et Sylvain, entrés en fonction de président et rédacteur en chef, déplorent le fait que les écoutes sont faibles. «Nous sommes une association universitaire, les gens viennent et partent. Le potentiel est là, mais on ne peut pas l’exploiter à fond», regrette Ryan. «Chaque chroniqueur est libre de faire ce qu’il désire, ce qui ne plaît pas à tous les auditeurs. Si on imposait les sujets, les chroniqueurs fuiraient Unimix», explique Sylvain.

«Notre équipe est composée d’une petite trentaine de membres. Afin que je n’aie pas à contrôler chaque chronique, nous avons des responsables de chroniques qui s’occupent de faire des comptes rendus à leurs chroniqueurs», explique Sylvain. Actuellement chez Unimix Fr, il y a les chroniques culture, musique, quelconque, au coin de la rue, et d’autres.

 

Les espoirs pour la suite

«Avant le Covid, les membres d’Unimix étaient un grand groupe d’amis. Les gens rejoignaient l’équipe par le bouche-à-oreille. Cette dynamique de groupe est tombée à la suite des cours en ligne. Le but est de retrouver cette mentalité d’équipe, que le renouvellement des troupes se fasse naturellement et surtout d’être au top pour les 30 ans de la radio, en 2025», explique Ryan. «Pour cela, nous espérons pouvoir refaire des soirées et ajouter des sujets plus sérieux comme les Parenthèses Académiques que notre président a lancé», ambitionne Sylvain.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11