La Liberté

Pour des actions climatiques fortes

Iris Schaffer
Iris Schaffer
Michèle Stauffer
Michèle Stauffer
Robin Jolissant
Robin Jolissant

Samuel Bongard

Publié le 27.02.2023

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Dis-moi tout!

Iris Schafer

Fridays For Future, 21 ans

«J’ai découvert le mouvement Fridays for Future à l’école, des amis ont été à une manifestation pour le climat, j’y suis allée et j’y ai rencontré les autres personnes du mouvement, notamment les organisateurs. J’ai commencé ensuite à aller à différentes rencontres. Je pense que ces actions ont un réel impact mais qu’il faut différentes approches fortes pour provoquer un changement suffisant. Ces actions sont une de ces approches. C’est aussi important de savoir que l’on peut vivre durablement sans altérer sa qualité de vie. De nombreuses personnes imaginent que cette dernière va baisser si nous vivons d’une manière plus respectueuse de l’environnement, mais personnellement, je pense que cette qualité de vie va augmenter. Vivre de manière plus écologique permettrait aussi de réaliser quelles sont les choses importantes de la vie, et que le mode de consommation actuel nous rend malheureux.»

 

Michèle Stauffer

Grève pour le Climat, 21 ans

«Les premières manifestations se sont faites lorsque j’étais au lycée, j’y suis allée et je me suis fait des amis. Ensuite, j’ai commencé à aider pour l’organisation d’actions. Un point que j’aimerais souligner est que ce mouvement n’est pas uniquement un mouvement des jeunes, mais qu’il est important pour tout le monde, et comprend des activistes de tous âges. Il faut aussi savoir que ce n’est pas seulement le climat qui est important, mais ce qu’on appelle l’«intersectionality». C’est-à-dire que des crises différentes sont connectées. On peut citer les exemples du féminisme et du racisme, qui sont aussi fortement liés à la crise climatique. Quelque chose qui m’a frappée durant les actions, ce sont les liens humains entre les différents activistes, qui sont vraiment très forts. C’est une forme de compréhension entre les activistes et les gens avec lesquels on parle.»

 

Robin Jolissant

Renovate Switzerland, 30 ans

«J’ai entendu parler de Renovate Switzerland à la télévision, après leur premier blocage de route. Puis je les ai entendus à la radio, où une militante s’est exprimée sur le sujet et m’a convaincue. Un truc marquant est la préparation d’une action, où tout est minuté de manière à prendre le moins de risques possible. Ensuite, durant l’action, c’est assez étrange de savoir qu’on va être punis pénalement par la loi, pour défendre notre futur. Il y a aussi de l’éco-anxiété, où l’on comprend que tout ce qui fait notre monde risque de disparaître. Au niveau de l’impact de ces actions, le but n’est pas de rechercher un buzz médiatique, mais surtout de lancer un débat public. Chaque action entraîne des articles dans la presse, et lance ce débat public. On en est arrivé à la désobéissance civile à cause de l’urgence. Le but est de faire changer les choses rapidement, car on n’a plus le temps.»

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11