La Liberté

Parentalité: l’égalité pas encore acquise pour… les hommes

Publié le 11.08.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Au mois de janvier dernier, mon mari et moi avons perdu nos filles jumelles à sept mois de grossesse. J’ai pu bénéficier de mon congé-maternité après mon accouchement, ce qui est une très bonne chose. Nous avons fait la demande d’allocation paternité pour mon mari et avons reçu en juillet une réponse négative, car nos filles sont mortes nées.

Je constate qu’il y a de modestes progrès dans le domaine de l’égalité au niveau de la parentalité. Les pères ont enfin le droit à un congé: même si dix jours, c’est court, c’est mieux que rien. Le papa est reconnu pour son rôle, ce qui est une excellente chose, mais pour ce genre de situation qui est extrêmement tabou (deuil périnatal), il n’existe plus et n’a pas le droit de prendre son congé-paternité. Il n’a pas le droit d’être triste, d’être déprimé.

Mon mari est indépendant et a pris dix jours de congé pour digérer la nouvelle, organiser et aller aux obsèques, m’accompagner aux rendez-vous médicaux. Ces rendez-vous qui étaient censés nous donner des réponses à ce qu’il s’est passé.

Il cotise aux assurances sociales et, pour une fois qu’il en aurait eu besoin, sa demande est tout bonnement refusée. Ce genre d’inégalité, que ce soit pour un homme ou une femme, est inadmissible.

Sarah Piller, Broc

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11