La Liberté

Une «équité» à privilégier

Publié le 27.05.2023

Temps de lecture estimé : 1 minute

Cyclisme » La Fédération britannique de cyclisme va interdire aux femmes transgenres de participer aux épreuves féminines de premier rang, a-t-elle fait savoir hier dans un communiqué présentant cette nouvelle politique qui vise à privilégier «l’équité».

L’instance va diviser les courses en catégories «ouverte» et «féminine». Les femmes et hommes transgenres, les personnes non binaires et les hommes pourront concourir dans la catégorie «ouverte». La catégorie féminine sera réservée aux personnes nées femmes.

Le précédent règlement de la Fédération exigeait que les coureuses démontrent un faible taux de testostérone pendant 12 mois avant la compétition pour pouvoir participer. Mais en avril, la Fédération avait suspendu ce règlement après qu’une femme transgenre, Emily Bridges, a voulu participer aux championnats nationaux d’omnium en catégorie féminine alors qu’elle avait été déclarée inéligible par l’Union cycliste internationale (UCI).

Bridges a condamné la nouvelle politique, la qualifiant «d’acte violent» et en qualifiant la Fédération «d’organisation en déliquescence» sur les réseaux sociaux. La nouvelle politique est le résultat de neuf mois de réflexion et de consultations impliquant les parties prenantes, dont les cyclistes, notamment de l’équipe de Grande-Bretagne. ats

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11