La Liberté

Une décision inéluctable

Roger Federer est revenu sur les raisons qui l’ont conduit vers sa retraite sportive

Roger Federer: «J’ai longtemps repoussé cette décision.» © Keystone-archives
Roger Federer: «J’ai longtemps repoussé cette décision.» © Keystone-archives
Publié le 21.09.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Tennis » Cinq jours après l’annonce de sa retraite sur les réseaux sociaux, Roger Federer est revenu devant la presse suisse, à Londres, sur les raisons qui l’ont conduit à une telle décision. Elle était, à ses yeux, inéluctable.

«J’avais une boule à l’estomac avant d’annoncer ma retraite sur les réseaux sociaux, dit-il. J’ai longtemps repoussé cette décision.» Depuis deux mois, l’homme aux 20 titres du grand chelem savait qu’un retour sur les courts n’était plus vraiment d’actualité. En juillet dernier, lors de la cérémonie du centenaire du Center Court de Wimbledon à laquelle il avait été convié, les jeux étaient faits. A l’entraînement, il ne pouvait pas pousser son genou comme il le devait. Un genou qui, dans la vie de tous les jours, n’éveille en lui ni douleur ni gêne, précise-t-il.

Trouver les mots et le ton

Lors des vacances qui ont suivi cette cérémonie, Roger Federer a, poursuit-il, officialisé en quelque sorte sa décision. Mais il a pris deux semaines pour trouver les mots et le ton pour l’annoncer le 15 septembre. «Sur le plan émotionnel, ce ne fut pas simple», avoue-t-il. Maintenant, il lui reste à écrire ce week-end le dernier chapitre de sa fabuleuse carrière lors de la Laver Cup. Il doit, en principe, s’aligner vendredi en double pour son ultime rencontre officielle. Il convient de préciser que la Laver Cup est reconnue par l’ATP, malgré son caractère d’exhibition.

Dans les prochains mois, Roger Federer entend organiser une exhibition qui réunira ses amis joueurs et tous ses anciens coaches «pour dire merci et adieu». Il a, enfin, promis qu’il ne disparaîtra pas des radars. «Je trouve regrettable de ne plus voir d’anciens joueurs une fois leur carrière terminée, glisse-t-il. Ils ont sans doute leurs raisons. Mais pour ma part, j’aime trop ce sport pour m’en éloigner.» ats

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11