La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

L’ozone ou l’ennemi oublié

Alors qu’il faisait les gros titres par le passé, un gaz à effet de serre nocif est toujours bien présent.

Le trafic sur l’autoroute contribue à réduire la qualité de l’air. ©Aldo Ellena
Le trafic sur l’autoroute contribue à réduire la qualité de l’air. ©Aldo Ellena

Andrée-Marie Dussault

Publié le 10.09.2022

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Partager cet article sur:

Qualité de l’air » Des valeurs d’ozone atteignant jusqu’à 250 microgrammes par mètre cube ont été recensées au sud du Tessin cet été. Depuis mars, les mesures ont presque constamment été au-dessus des limites de 120 microgrammes par mètre cube fixées par l’Ordonnance fédérale sur la protection de l’air (OPair). «Or, personne n’y prête attention, sauf les individus les plus vulnérables qui en souffrent», observe le cardiologue (retraité) Giorgio Noseda, qui depuis des années est en première ligne dans la défense de la qualité de l’air.

Des valeurs largement au-dessus des limites fixées par la loi ont été rejointes ces mois, mais sans encore atteindre le niveau critique de l’urgence où la limite du trafic devrait être r&eac

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11